FLEUR BLEU                                                             27 AOUT 2015
 
Et la lumière découpe toute chose. Les bruits lointains nous ramènent à nos profondeurs. Des bleus à l’âme. Et ce vide fait de trop de pleins. Des bleus à l’âme. Que faire de tous ces bleus. L’expression des sentiments change la nature des choses et leur matière même.  Voici la matière non pas du nombril de soi, mais de l’intime, alors donner corps à ce ressenti, et pourquoi pas dans cette guitare. Mes élans m’entrainent et me trainent.
Le travail a commencé, Je n’ai plus qu’à suivre le fil ténu et sensible de son incarnation.
Et se laisser guider, sans juger, sans  jauger, sans l’estimer ou le renier.
Juste être là.
Je vois mes mains agir, elles ont leur savoir à porté de main, et pourquoi ceci plutôt que cela, pourquoi quel que chose plutôt que rien. Elles savent puiser en moi ce que je suis.
Alors va, Guitare, va !
                                                                                                                                                              à Françoise, 27 Fev 2015

 
Elle a la taille fine, les hanches amples, une échancrure dans le dos, deux cornes frissonnantes, le long cou des femmes bleues du désert, un sourire d’ivoire, une tête, flèche acérée tirée par un arc-copain qui me transperce. Elle est FLEUR BLEU. Sous son vernis d’usage, son apparence tendre est crevassée de failles incertaines, de griffures, de replis écorchés, de cicatrices mémorable…..La sérénité traversée de bleus sombres, tire à boulets rouges sur le vert. Le bleu n’est jamais aussi vert qu’à sa cassure.
 
  1    2  
Diaporama